Les changements climatiques influencent-ils le diagramme pollinique de l’air ?

A côté du diagramme actuel des plantes allergisantes qui font partie de notre flore indigène naturelle, nous devons nous méfier de nouveaux intrus qui, sous l’influence du réchauffement climatique, sont susceptibles d’envahir nos régions. Voici quelques exemples de ces « nouveaux » allergènes qui apparaissent spontanément. L’ambroisie (ambrosia), principal responsable du rhume des foins en Amérique du Nord, fut introduit en Europe au début du XXè siècle via le transport de graines. Cette plante herbacée trouva un biotope idéal dans la zone méditerranéenne et élargit son territoire jusque dans la région de Lyon. Ces dernières années, elle est devenue un véritable problème de santé publique dans différentes parties de la Hongrie, dans les régions de Vienne et de Pô. En Suisse également, on la retrouve de manière sporadique dans les régions du Tessin et de Genève. Selon les informations du Jardin botanique de Meise, en Belgique, cette plante serait encore considérée comme plante adventice. Elle ne pousse que de façon sporadique et ses graines ont un pouvoir germinatif limité. Mais un réchauffement climatique pourrait vraiment provoquer des changements. Le danger vient de différentes causes : le pollen est très allergisant et les graines survivent plusieurs années dans le sol. Par ailleurs, cette plante ne fleurit qu’en septembre, ce qui prolongerait considérablement la période à risque pour les personnes allergiques. La pariétaire (Parietaria) est une autre plante fortement allergisante qui sévit dans le sud de l’Europe. En Belgique, on ne la retrouve qu’à certains endroits. Elle pousse abondamment, par exemple, sur les murs le long des canaux à Bruges. L’importance de cette végétation locale pour les allergies respiratoires n’a pas encore été étudiée jusqu’à présent, mais dans ce cas-ci également, le danger d’une extension de territoire suite à des conditions favorables est bien réel. L’exemple suivant illustre l’introduction dans nos contrées de plantes exotiques suite aux tendances actuelles de jardinage L’olivier (Olea europea) est un des grands fléaux du sud de l’Europe. Cet arbre, fréquemment planté pour la production d’olives, appartient, avec le frêne (Fraxinus), le troène, le forsythia et le lilas, à la famille des Oleacées. Etant donné qu’il existe une réaction croisée entre le pollen de ces arbres, toute personne sensibilisée dans le sud de la France, au pollen d’olivier, peut également chez nous rencontrer des problèmes en inhalant du pollen de frêne. C’est pourquoi nous devons prendre les précautions nécessaires lorsque nous importons des oliviers dans nos régions. A défaut, nous nous exposons à un nouveau problème de santé publique d’ici quelques années.